Moi : d’AVS à AESH…

EPISODE 1 Il y a fort fort longtemps, au printemps de l’an 2010, je me rendais par une charmante matinée dans les locaux de la DSDEN pour un entretien pour un poste d’avs (oui oui, on d…

Source : CARINE B: d’AVS à AESH…

Episode 2 Il y a fort longtemps, en septembre 2011 par une charmante matinée, aux environs de 10 h 30, un coup de fil me confirma que je pourrai à nouveau exercer les fonctions d’avs. Cette fois ci on m’affirma que ça serait plus simple : deux élèves un élève en 4ème, dyslexique dysorthographique, et un autre élève en 1ère autiste ASPERGER. Il s’agissait en fait des deux élèves que l’on m’avait attribués l’année précédente…

Quelques heures plus tard je rencontrais V. élève de 1ère, dans le couloir, deux minutes avant le cours de mathématiques… il était au courant de ma venue, m’a dit brièvement bonjour. C’est le professeur qui fût le plus surpris de ma présence « Il n’a pas besoin d’aide, il se débrouille très bien tout seul »…. Sauf pour faire ses rapports de stage, pour s’organiser, pour faire ses devoirs, pour ranger ses classeurs, pour apprendre ses leçons, pour écrire de manière lisible… à part ça tout allait bien, et il se débrouillait tout seul.

Le lendemain on me présenta A. juste avant le cours de français, élève discret, timide et très attachant. A. a souvent pleuré, était fatigué très rapidement dans la journée (donc aux dires de certains professeurs, manquait de courage), apprenait ses leçons mais oubliait tout au moment des contrôles (donc n’apprenait pas assez, aux dires de certains professeurs).

L’année se passa sans encombre, avec quelques « prises de bec » avec les enseignants qui trouvaient que j’étais trop « mère poule », que les élèves devraient travailler seuls, que des fois je devais sans doute donner des réponses, que je n’avais pas ma place en salle des professeurs… Une chaude ambiance conviviale et respectueuse !

Episode 3 : on m’annonça quelques jours avant la rentrée que j’avais obtenu un poste d’avs co au sein de l’ULIS où j’avais exercé lors de mon premier contre (cf épisode 1).

14 élèves à accompagner en début d’année, répartis dans 7 classes de la 6ème et la troisième.

Quelques élèves quelque peu énervés et d’autres beaucoup plus calmes (limite prostrés). J’ai du faire ma place au sein d’un collège, d’une salle des profs, de la vie scolaire… J’ai expérimenté les techniques du close combat, de la relaxation, de l’ubiquité… une année très mouvementée, avec pas moins de 20 ESS (en dehors du temps scolaire).

En fin d’année nous avons accueillis jusqu’à 16 élèves… La limite étant fixée à 10, il était impossible de faire mon travail correctement. Beaucoup de frustration, quelques bleus, une accumulation de stress impressionnante, des soucis que je ramenais à la maison…

Une question s’est régulièrement posée en cours d’année « Mais qu’est-ce que je fais là ? »

Episode 4 : J’ai donc été reconduite sur mon poste d’avs co au sein de l’ULIS. Non sans quelques craintes eu égard à l’année que je venais de passer.

Cependant mes craintes s’envolèrent rapidement, 12 élèves seulement, beaucoup, mais alors beaucoup plus calmes que l’année précédente.

L’année ne fut cependant pas de tout repos. Il me fallut encore faire mes preuves aux yeux des professeurs pour grappiller un peu de crédibilité (oserais-je dire de reconnaissance ?). Certains  reconnurent tout de même mon engagement auprès des élèves, et s’indignèrent de mon maigre salaire, quand d’autres se permettaient tout de même de dire « Oh mais ça va si tu es payée pendant les vacances ».

J’appris aussi cette année là les joies de l’accompagnement collectif : aller 4 fois par semaine dans le même cours, recommencer les cours de l’année précédente, avec d’autres élèves (et en en ayant oublié la quasi totalité), l’incapacité pour moi de fixer un emploi du temps plus de deux semaines, devoir choisir entre deux voir trois élèves à accompagner sur le même créneau horaire…

Quelques réussites cependant : avoir réussi à faire aller une élève en musique, avoir rendu tous les élèves autonomes à la cantine dès le mois de janvier, avoir réussi à contenir et parfois même à éviter les accès de colère d’un élève.

Une année de plus en moins avant la CDI….

.

 

Publicités

3 commentaires sur “Moi : d’AVS à AESH…

  1. Ouais c’est clair qu’on n’a rien à faire dans la salle des profs, non plus que dans la cour avec les AED. Aux chiottes, je ne vois que cela. Quand je n’irai plus à l’école, je garderai le souvenir et les noms de quelques (très rares) professeurs. Ceux qui m’ont apporté beaucoup, ont même changé ma vie. Je peux remercier chaleureusement ceux-là et remercier les autres de ne pas avoir encombré ma mémoire. Merci pour ce feuilleton qui ne mâche pas ses mots !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s