Moi : je fais partie d’une équipe et pourtant je me sens seule

Episode 7

Voilà maintenant bientôt 7 ans que j’exerce cette fonction. Je suis actuellement AESH Co en collège, j’ai une seule collègue (AESH  I) dans l’établissement. Je me sens bien souvent seule et incomprise dans mes fonctions.

Incomprise par qui ?

  • par les enseignants qui me disent que « ça va toi quand tu rentres t’as rien à faire » (sauf que moi quand je rentre je « refais » ma journée, je révise pour les contrôles, je prépare des  adaptations, et quand je ne fais rien, c’est aussi parce que j’ai choisi de ne pas être prof). Ou encore « tu sais que tu viennes ou pas ça change rien, il comprend pas de toutes façons ». Ou encore quand on ne te dit pas bonjour quand tu arrives en salle des profs….
  • par les AED qui trouvent facile de n’avoir que 12 élèves à s’occuper : sauf que moi j’ai réfléchi avant de signer un contrat et qu’effectivement je n’ai pas  500 élèves sous ma responsabilité (fallait choisir !)
  • par le CPE qui pense que les problèmes de « mes » élèves ne sont jamais aussi graves ou importants que ceux des 500 autres élèves du collège (sauf que pour eux se faire bousculer dans la file de la cantine c’est super grave, et que oui ça peut faire pleurer)
  • par le système qui nous isole dans nos établissements, qui arrête de nous former et ainsi nous prive de la rencontre de nos collègues.

Du coup je me sens seule, isolée, incomprise au sein d’un établissement et d’une profession.

Pourtant on nous répète que l’on fait partie d’une équipe éducative, que nous devons tous travailler ensemble, dans le même sens pour le bien-être des élèves en situation de handicap….

Alors pourquoi continuer ?

  • Pour les élèves accompagnés qui ont besoin d’aide
  • Pour le salaire mirobolant (ATTENTION ceci est une blague)
  • Parce qu’il faut bien travailler
  • Parce qu’on espère toujours pouvoir faire un peu évoluer les mentalités
  • Parce que certains jours ça va (surtout quand on évite la salle des profs).
  • Parce que je peux en parler sur les différents groupes ou forums (MERCI à vous pour ça).

A bientôt pour un nouvel épisode…

 

 

 

Publicités

5 commentaires

  1. T’inquiète, on est tous seuls, le proviseur face aux profs, le prof face aux élèves et à l’administration, l’AVS face à tout le monde. Du coup, si on survit, on est nettement plus costauds qu’eux, c’est la seule consolation. OK, c’est pas une consolation…

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Je suis aussi AVSco en ULIS/collège. Quelle est ta relation avec l’enseignant coordonnateur de L’ULIS ?
    Ce qui m’étonne c’est que dans ton collège de 500 élèves, il n’y ait que 2 AESH. Chez nous, pour 200 élèves, il y a 6 AESH individuel ou mutualisé, plus moi en ULIS. Et il y a 2 élèves qui n’ont pas d’accompagnant mais qui ont une notification.
    Malgré tout, tu as raison on se sent seul, incompris, isolé. Pour moi le plus dur c’est de faire sans cesse le tampon entre notre boulot d’accompagnant avec les élèves et faire respecter les droits des enfants en situation de handicap en bataillant quotidiennement avec les enseignants pour qu’ils adaptent leur pédagogie et surtout pour qu’ils restent bienveillants avec ces élèves.
    Et oui parfois, souvent, ça clash ! Et là, il faut savoir prendre sur soi, rester à sa place ….C’est un combat à long terme !
    Heureusement il y a les ESS pour remettre les pendules à l’heure , les réseaux sociaux pour en parler …
    Courage, la plus belle récompense c’est de voir les progrès de ces enfants en qui personne ( ou très peu) ne croie, cela n’a pas de prix !

    Aimé par 1 personne

  3. Nous rencontrons tous et toutes ce problème, le seul moyen est de se rencontrer en dehors des heures de travail. Nous le faisons de temps en temps autour d’un café, un resto, un pique-nique..ça fait du bien mais nous ne sommes que 10. Je reste optimiste, c’est un début. Je reste persuadée que le problème majeur de cette solitude est le changement régulier d’établissements, je suis restée 3 ans dans le même établissement, ça change complètement les relations avec les enseignants. Et n’oublions pas le principal « il faut s’imposer »

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s