Coup de gueule (1) AESH/AVS/parents: « Seule une mobilisation nationale changera les choses  »

Descendre dans la rue toutes et tous ensemble ! Occuper le terrain, être visibles.

Un peu partout en France, les AESH/AVS commencent à se réunir localement, organiser des réunions d’information.

En effet, rejoindre son collectif régional serait un premier pas. Cela engendre une dynamique, on se sent moins seul.

Une chose est sûre, si nous voulons une évolution pour la reconnaissance de notre métier, les AESH/AVS/AVS, parents et associations n’ont qu’une solution : se rassembler, toutes et tous ensemble pour lutter collectivement et nationalement.

Etre présents dans la rue pour montrer notre colère, notre détermination pour que les choses changent. S’investir physiquement, mouiller le maillot.

« il est indispensable de passer à la vitesse supérieure et la vitesse supérieure ce sont les rassemblements, les actions, les mobilisations locales et nationales, récurrentes » s’écrie une collègue, très investie dans la bataille.

Nous sommes nombreuses et nombreux à dénoncer le manque de reconnaissance de notre métier « Nous sommes des pions, de la main d’oeuvre bon marché ! Aucune formation valable ne nous est proposée … »

« Oui c’est bien de se plaindre, mais sans mobilisations, tout cela ne reste que des paroles qui n’auront aucun impact pour que les choses changent Ceux qui ne participent pas aux mouvements cautionnent. Nos mauvaises conditions de travail, mais surtout la mauvaise prise en charge à l’école des enfants porteurs de handicap. Nous sommes tous victimes ! Cessons d’être des victimes et prenons notre destin en main ! » explique Vincent, d’un collectif régional très actif.

« La précarité et la peur démotivent bon nombre de nos collègues. Peur que leur contrat ne soit pas renouvelé, des raisons financières aussi : «  Je ne peux pas me permettre de perdre 30 euros/mois, et pourtant j’aimerais faire grève ! »

« Sauf que ne pas bouger, c’est cautionner notre exploitation, céder à leur chantage …  » continue Vincent « Dans notre département, nous sommes de plus en plus nombreux à nous réunir devant le rectorat, nous sommes reçus en audience, nous avons défendu plusieurs dossiers de collègues qui ont obtenu gain de cause »

AESH/AVS, équipes enseignantes et parents doivent monter au créneau de façon significative, déterminée, investie, récurrente et nationale pour que TOUTES et TOUS les élèves obtiennent leurs droits à un accompagnement de haute qualité et pour que TOUTES et TOUS les AESH travaillent dans des conditions d’emploi sereines, justes et équitables.

Pour connaître le collectif le plus proche de chez vous, cliquez ici https://www.facebook.com/notes/aeshavsevsparentsenseignants-en-action-pour-une-%C3%A9cole-solidaire/r%C3%A9pertoire-des-collectifs-r%C3%A9gionaux-blogs/410234039185756

 

Publicités

2 commentaires

  1. On est bien d’accord: Ce n’est pas parce qu’on a un boulot, qu’il faut l’exercer au rabais, pour les AESH, pour les enseignants, pour les parents et surtout pour ces enfants différents, qui eux, ne peuvent que subir ces conditions d’éducation déplorables…

    J'aime

  2. un jour de grève ne sert à rien même s’il est national, il faut tenir dans la durée et là notre entourage professionnel, notre hiérarchie ainsi que les parents de nos élèves remarqueront notre absence, notre utilité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s