Sandrine AESH : « Je ne veux pas d’adulte dans ma classe »

Je suis AESH depuis plusieurs années maintenant (en CDI d’ici quelques semaines). Je n’avais jamais travaillé en collège. Cette année on me confie une élève (Anaïs) à accompagner au collège en 6ème 16 h par semaine (dyslexique, dysorthographique et dyscalculique). Je découvre le handicap, je me renseigne à la hâte et je comprends assez vite que ma présence sera indispensable dans certaines matières (français, histoire, mathématiques, anglais, EIST).

Je me rends donc en début d’année dans le bureau du principal, et nous faisons ensemble l’emploi du temps. Je lui fais part des mes impressions et je lui dis qu’il serait sans doute « intéressant » que je l’accompagne en histoire (plutôt qu’en arts plastiques et en sport) … Je sens sa réticence, et il finit par lâcher « Ce prof ne voudra jamais d’adulte dans sa classe ». Je suis plutôt surprise par l’attitude du principal, mais je décide d’attendre de rencontrer le prof en question lors de la journée de pré rentrée.

Je me présente, je lui explique le profil de l’élève… Réponse sans ménagement « Je ne veux pas d’adulte dans ma classe »

Anaïs est très courageuse durant cette année scolaire, elle  enchaîne les mauvaises notes en histoire sans jamais baisser les bras. Dès que j’ai un peu de temps, je reprends son cahier d’histoire, je vérifie que tout est bien copié, je lui prépare des fiches de révision. Mais ça ne suffit pas. En classe, elle me dit que si elle veut avoir le temps de tout copier, elle ne peut pas écouter en même temps.

Elle me dit que l’an prochain elle espère quand même changer de prof. Les parents sont déjà bien contents qu’elle ait quelqu’un pour l’aider qu’ils n’osent rien dire (même lorsque lors de la réunion parents/profs on leur dite qu’Anaïs ne travaille pas assez en histoire).

Un professeur a t’il le droit de refuser la présence de l’AESH dans sa classe ? Refuserait on à un un élève paraplégique son fauteuil ?

Sandrine AESH bientôt en CDI

3066327375_1_3_k9m0kqyd

 

 

Publicités

12 commentaires

  1. Evidemment que non ! Il va falloir qu’il s’adapte, le pépère (ou la mémère). Hé oui, c’est le bagne, le professorat, mais on ne les oblige pas non plus. Celui-là a du courage et joue franc-jeu. Méfiez-vous de lui, mais méfiez-vous aussi des autres, ceux qui vous font des sourires, mais qui n’en pensent pas moins. Si cette personne est intelligente (on en trouve), il aura intérêt à ce que vous travailliez tous les deux en bonne intelligence. Sinon ça sera pénible pour tous les deux.

    Aimé par 1 personne

  2. Réponse classique de prof… Alors imaginer quand on est 2 adultes pour un même élève! Je suis AESH 35h avec une élève sourde profond qui ne communique QUE en langue des signes, elle ne sait quasi pas lire et écrire… Tout passe par la LSF… Du coup je traduis et signe à longueur de journée… Alors que j’ai pas le niveau d’un interprète… (à savoir que la loi autorise un interprète en langue des signes à travailler seulement 4h par jour pour préserver sa santé mentale et physique car cette langue est épuisante en traduction) moi je fais des journées de 7h/17h30 et ça ne choque personne…. Sauf l’interprète que j’ai obtenu cette année en allant pleurer à leur porte pour qu’ils s’imposent au rectorat… J’ai donc sur mes 35h …6h de présence d’interprète… Du coup c’est cool je peux prendre les notes etc…. sans avoir à écrire d’une main et traduire de l’autre main …. Pour ça faut il encore que les profs m’accepte dans leur classe quand l’interprète est là …. 2 adultes pour un même élève c’est trop… Hors de question… Faut choisir … Grrrrr. M’en fiche…. Je leur explique et si ils veulent pas comprendre je m’impose!

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai eu le même soucis en septembre, le prof d’anglais m’a refusé l’entrée en classe en prétextant que l’élève (dyspraxique) n’avait pas besoin d’aide. Après discussion avec la principale qui a imposé ma présence, tout se passe bien maintenant. En fait, ce prof prenait tout le cours en note ce qui permettait à l’élève d’écouter le cours sans avoir à stresser pour la prise de note.
    Un manque de communication a entraîné l’incident de début d’année.

    Aimé par 1 personne

  4. Je ne comprends pas !
    Je suis prof et bon sang, qu’est ce que c’est bien quand les enfants qui en ont besoin sont accompagnés !
    Ça ne nous dispense pas de nous occuper d’eux, mais ça allège. Ça rassure aussi, car les élèves n’osent pas tous nous dire quand ils ont mal compris ou suivi or un adulte présent qui connaît mieux l’élève que nous peut nous informer. Il peut nous conseiller des formats de documents.
    En fait il n’y a rien de négatif dans ce système on est tous gagnant. …

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour, j’ai eu le même souci avec un enseignant d’arts plastiques en 3éme l’an dernier. Je l’ai signalé, mais personne n’a sourcillé, disant que c’était « habituel chez lui ».
    Mais c’était de l’art plastique, et seulement une semaine sur deux. En ce qui vous concerne, ça me paraît plus sérieux, car c’est une matière qui semble compter dans le cursus de votre élève et à cause de la bêtise de cet enseignant, car oui c’est de la bêtise, celle-ci se retrouve en difficulté.
    Il y a bien eu ess? Il y a bien un processus d’accompagnement? Alors ce ou cette prof n’est pas dans son droit…et là, c’est le chef d’établissement qui ne joue pas son rôle. Je suis étonnée aussi de l’attitude des parents, qui subissent cette situation injuste pour leur enfant. Peut-être faudra-t-il insister encore lors d’une prochaine ess ou un conseil de classe. Mais si les personnes qui peuvent faire entendre leurs voix (les parents, le proviseur, l’enseignant référent…) ne le font pas, alors malheureusement, votre rôle s’arrête-là. Après tout, vous aurez fait entendre votre voix auprès d’eux, à eux aussi d’intervenir.
    Je vous souhaite bon courage et plein de réussite à votre élève.

    Aimé par 1 personne

  6. Ouah ! J’ai rarement entendu ça oui… comme quoi tout existe ! ce prof va bien se faire à l’idée que oui, des adultes sont susceptibles de venir pendant ses cours… car il y aura surement d’autres élèves handicapés dans l’établissement.Pour ma part, il m’est arrivée d’être 2 AESH dans la même classe en collège, nous étions 2 pour 4 élèves dans la même classe.

    Aimé par 1 personne

  7. Les parents ne sont pas allés voir le principal du collège et n’ont pas contacté l’erh?. Le problème est que la mdph ne notifie pas dans quels cours tu dois intervenir donc cela me difficile à imposer même si cela relève du bon sens… puisque ce prof ne veut personne il n’a qu’à fournir les cours sur clé usb!
    Quels sont les aménagements inscrits dans le pps de l’élève?

    Aimé par 1 personne

  8. Je suis AESH depuis 5 ans, j’ai aussi déjà eu le même genre de remarque. Je me suis imposée. Au début, les échanges ont été tendu mais après le professeur a du se faire à ma présence. Il ne faut pas se laisser faire. Je trouve que l’on traite les AESH de plus en plus comme de la « merde ». Alors oui, on a déjà un statut de « merde », un salaire de « merde », et en plus certain professeur, et directeur nous prennes de haut. Maintenant je ne me laisse plus faire dans mon métier. Je suis là pour le bien et la progression de l’enfant. Vous pouvez voir avec l’éducation national pour leur expliquer le probleme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s