Examens: pour les candidats présentant un handicap, quelle place pour l’aide humaine?

« L’octroi d’une aide humaine doit prendre en compte à la fois le besoin présenté par le candidat et son degré de familiarité avec les aménagements proposés. Afin de ne pas placer le candidat dans une situation inconfortable, il est souhaitable que les aides humaines pour les épreuves d’examen ou de concours soient, dans la mesure du possible, en cohérence avec les aides humaines dont le candidat a bénéficié pendant sa scolarité.

Les candidats qui ne peuvent pas écrire à la main ou utiliser leur propre matériel peuvent être assistés d’un secrétaire qui écrit sous leur dictée, désigné dans les conditions prévues ci-dessous. Cette aide peut également être prévue pour des candidats qui ne peuvent s’exprimer par écrit d’une manière autonome.

– Le rôle du secrétaire, durant les épreuves écrites, doit se limiter strictement à :
– l’énoncé oral du sujet ou de la consigne écrite, dans le respect de sa littéralité, sans commentaire ni explications complémentaires ;
– la transcription par écrit, sous la dictée du candidat, du travail produit par le candidat, sans correction de la syntaxe ou de la grammaire, sans modification du choix lexical du candidat.
Il peut être demandé au secrétaire de se placer en face du candidat et de faire un effort particulier d’articulation. Toute autre forme d’intervention relève de l’assistance, dont la nature et l’objet doivent alors être expressément définis et autorisés dans la décision d’aménagement.
Le secrétariat est une mission qui exclut toute initiative ou intervention personnelle : il s’agit d’une mission de pure exécution.

L’assistance est une mission plus complexe.
Elle comprend une part d’autonomie de la part de l’assistant. Elle peut consister notamment en une reformulation des consignes.
Dans tous les cas, la mission de l’assistant doit être précisément bornée et définie dans la décision d’aménagements d’épreuves. Il est donc souhaitable qu’elle soit élaborée en collaboration étroite avec un médecin de l’éducation nationale. Peuvent constituer notamment des missions de reformulation :
– le séquençage des consignes complexes ;
– l’explicitation des sens seconds ou métaphoriques.
La mission de reformulation ne permet en aucun cas à l’assistant de se substituer au candidat.

En fonction du besoin identifié au regard de(s) (l’)épreuve(s) dans la décision d’aménagement, le recteur ou l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’éducation nationale désigne comme secrétaire ou comme assistant toute personne paraissant qualifiée pour assumer ces fonctions et dont les liens familiaux ou la position professionnelle par rapport au candidat ne sont pas de nature à compromettre leur neutralité.

Il s’assure, en fonction de l’examen ou du concours, que chaque secrétaire possède les connaissances correspondant au champ disciplinaire de l’épreuve et que son niveau est adapté à celui de l’examen ou du concours.
Si la technicité de l’épreuve l’exige, le secrétaire peut être un enseignant de la discipline faisant l’objet de l’épreuve.
Lorsque l’aide consiste en un accompagnement pour les actes de la vie quotidienne (installation, aide aux gestes d’hygiène…) ou pour certains troubles ayant une incidence sur la communication ou la relation à autrui, l’accompagnement par l’auxiliaire de vie scolaire qui suit habituellement l’élève peut être privilégié. »

source: texte de loi: http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=91832

Les autres aménagements et adaptations possibles:

– les conditions de déroulement des épreuves (conditions matérielle (accès aux locaux, installation matérielle dans la salle, tenue à distance d’une épreuve…) ; aides techniques : (machine Braille, ordinateur…) ;

– le temps de composition (temps majoré « qui ne peut excéder le tiers du temps normalement prévu pour chacune d’elles. Toutefois, cette majoration peut être allongée, eu égard à la situation exceptionnelle du candidat, sur demande motivée du médecin. Des pauses entre les épreuves ou pendant celles-ci peuvent être prévues (elles ne sont alors pas décomptés du temps de composition).

– la conservation pendant cinq années « des notes à des épreuves ou des unités obtenues à l’examen ou au concours ».

– l’étalement sur plusieurs sessions du passage des épreuves.

– des adaptations de la nature d’une épreuve ou une dispense d’épreuve. Elles doivent être prévues par arrêté.

voir aussi: http://www.reseautap.org/filemanager/files/Reunions%20parents/AMENAGEMENTS%20DES%20EXAMENS%20decembre%202014%5B1%5D.pdf

http://www.droitausavoir.asso.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=17&Itemid=23

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s