AESH/AVS : non reconduction des contrats : halte aux licenciements déguisés !

De nombreux AVS en CUI, en charge d’accompagnement d’enfants, ont perdu leur emploi dans le 93, dans le silence le plus complet de l’administration.
Sous prétexte d’un manque budgétaire et alors qu’on leur faisait miroiter un contrat AESH (de droit publique conduisant à un CDI), elles se sont retrouvées au chômage, tandis que d’autres AVS prenaient leur place, de nouveau recrutées en CUI (contrat précaire de droit privé pour maximum 2 ans).

Derrière la non-reconduction de ces contrats, ce sont des licenciements déguisés et un durcissement de la précarité et de la pauvreté pour les personnel-les qui s’annoncent. SUD Éducation dénonce cette dégradation des conditions de travail alors même que la précarité, les temps partiels imposés, les salaires de misère restent la norme et les CDI ne concernent que très peu de personnel-les, les engagements contractuels sont la plupart du temps non tenus par l’employeur.

Jeudi 16 mars, la presque totalité de l’équipe de l’école Maternelle Doisneau (intercommunale St-Denis/Aubervilliers) se mettaient en grève pour exiger le maintien de leur collègue AVS. SUD Éducation soutient cette initiative et appelle à poursuivre et renforcer cette mobilisation dans toutes les écoles. Dans le département, plus de 2000 élèves ont besoin d’une AVS (source le Parisien). Plus d’une centaine d’élèves notifiés MDPH(Maison Départementale des Personnes Handicapées) n’ont toujours pas l’accompagnement d’une AVS. Cette situation ne doit pas durer !

SUD Éducation dénonce les mauvais traitements de l’Éducation Nationale envers les personnel-les qu’elle précarise. Et ce n’est n’est pas une coïncidence si ces travailleurs précaires sont principalement des travailleuses. En plus des exclusions et des injustices vécus en tant que femmes, elles subissent déjà un grand nombre de discriminations ( territoriales, Services Publics dégradés, pauvreté, racisme…)

Le sigle a changé, la précarité est restée !

La création du statut d’AESH (décret du 27 juin 2014 )ne peut être satisfaisante Le décret du 27 juin 2014, créant les contrats d’Accompagnant-e-s d’élèves en situation de handicap (AESH) n’a apporté de solution satisfaisante ni pour les personnels, ni pour les élèves et parents d’élèves concerné-e-s. En dépit d’une demande sociale forte, la professionnalisation annoncée n’a été qu’un feu de paille.
L’essentiel des contrats sont à temps partiel, au prétexte que les élèves n’ont pas 35 heures de cours ; or, le temps de travail des AESH ne prend pas en compte le temps de préparation et de concertation.

-Les contrats AESH sont annualisés : 1607 heures réparties sur 39 à 45 semaines.
-Les salaires sont scandaleusement bas : entre 590 et 940 euros pour les années de CDD à temps partiel !
– Seules les années effectuées sous contrat AESH sont prises en compte pour la CDIsation, ce qui fait que les personnels accompagnants peuvent attendre 8 à 11 ans avant d’espérer un CDI, et subissent en attendant les pressions liées à la crainte du non-renouvellement.
– La formation diplômante annoncée n’est pas réellement mise en place.

SUD éducation revendique la titularisation immédiate et sans conditions (de concours, de nationalité) de tou-tes les personnel-les actuellement en poste AESH et AVS et l’arrêt du recrutement de personnels précaires pour couvrir ces missions.

Communiqué de presse de Sud Éducation 93, membre de l’Union syndicale Solidaires,
voir l’article: http://www.sudeducation93.org/AESH-AVS-non-reconduction-des.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s