Entendu en salle des profs : « Etre AVS ça devrait être reconnu d’utilité publique »

logo-rup

Je suis AESH en CDI, je travaille depuis 5 ans dans le même collège. Cette année j’y accompagne deux élèves : Damien dyspraxique en 3ème (4 ans d’une collaboration souvent chaotique, avec quelques hauts, mais beaucoup de bas, mais au bout du compte de jolis progrès, et un passage de brevet qui devrait se faire sans encombre. Damien n’a pas accueilli la présence d’un avs de la meilleure des façons, mais je n’ai rien lâché), et Chloé paraplégique en 5ème(collaboration assez facile, élève coopérative, agréable et joyeuse, ça change et ça fait du bien.).

Dans la journée j’alterne entre les deux accompagnements, quand Chloé a cours au rez de  chaussée, les camarades de classe et les adultes de l’établissement prennent le relais pour l’aider dans ses déplacements et son installation en classe.

Je suis régulièrement fatigué, parfois au bout du rouleau, surtout quand je n’ai pas l’occasion de prendre de pauses le midi (j’accompagne Chloé à la cantine et parfois elle a aussi besoin de moi pour aller au CDI, à l’atelier arts plastiques, véritable parcours du combattant pour rejoindre certaines salles dans ce collège ), mais on  oublie vite quand on voit son joli sourire.

Les deux élèves que j’accompagne ont fait de beaux progrès, ils sont devenus plus autonomes. Les enseignants se rendent compte que ma présence est nécessaire pour une scolarité plus sereine…

Hier j’ai pu prendre une vraie pause d’au moins 12 minutes en salle des profs. Quel bonheur ce café tiède à la machine ! Le prof d’espagnol me faisait remarquer que l’on ne me voyait pas souvent, je lui ai alors expliqué mes journées, et il a eu cette phrase merveilleuse :

Etre AVS ça devrait être reconnu d’utilité publique

Merci Monsieur le prof d’espagnol, tu as égayé ma journée.

Henri AESH

Presque reconnu d’utilité publique

Publicités

4 commentaires

  1. Ca fait du bien de lire cela. Moi les profs, je les fuis. On ne me voit pas « peu », mais « pas du tout » dans la salle des profs, ou alors c’est qu’ils n’y sont pas. J’ai la chance d’habiter à proximité, j’évite la cantine également. Bref je leur fous une paix royale. Ce n’est pas complètement réciproque. Mais presque. Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s