J-M. Blanquer prépare son plan de lutte contre l’échec scolaire « il n’y aura pas de réduction de moyens, au contraire » (via vni)

Pour lutter contre l’échec scolaire, Jean-Michel Blanquer promet plusieurs mesures, dès la rentrée prochaine – outre ses projets de décret sur les rythmes scolaires et d’arrêté sur le collège, qu’il a présentés la semaine dernière au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) et aux syndicats enseignants.

Le redoublement, « un outil pouvant être bénéfique »

Dans une interview au Parisien, le ministre de l’Education nationale affirme d’abord vouloir « faire en sorte que tous les élèves sortent du primaire en sachant lire, écrire et compter », jugeant « anormal » de ne pas avoir recours au redoublement. Selon lui, « il est absurde de laisser passer de classe en classe des élèves accumulant les retards ».

Jean-Michel Blanquer souhaite ainsi abroger le décret de novembre 2014 sur les redoublements limités à des « cas exceptionnels ». A noter que selon Arrêts sur Images, le redoublement n’a jamais été « interdit » par le précédent gouvernement comme l’affirme le ministre, et que si « dans les faits, il a beaucoup diminué » depuis 2014, « la baisse remonte à bien avant » – le texte de Najat Vallaud-Belkacem n’ayant fait « qu’accentuer une dynamique existante. »

Pour Jean-Michel Blanquer, le redoublement « doit rester possible quand c’est dans l’intérêt de l’élève, et dans des cas qui doivent rester rares ». Arrêts sur Images s’interroge : « des cas « rares », alors que le décret de 2014 insistait sur son caractère ‘exceptionnel’. Quelle est la nuance ? »

Sur BFMTV, le ministre a précisé que « ces trois dernières années, on a donné comme message que le redoublement devait être évité à tout prix », mais que « l’on doit aussi le considérer comme un des outils que l’on a, qui parfois peut être bénéfique pour un élève » – et qu’il « ne faut pas s’empêcher de le faire ».

Des « stages de remise à niveau » à la fin de l’été

Afin de lutter contre l’échec scolaire, la « première des réponses » est, pour Jean-Michel Blanquer, « l’accompagnement tout au long de l’année ». Ainsi, le ministre de l’Education souhaite-t-il mettre en place des « stages de soutien gratuits » avant l’entrée en 6e, pour que tous les élèves sortis de l’école primaire entrent au collège avec les « mêmes bases solides ».

Selon lui, « ces stages de remise à niveau » d’une semaine « seront proposés fin août », en priorité dans les REP (réseaux d’éducation prioritaire), puis, « si possible, plus largement ». Ils seront centrés sur le français et les mathématiques, et seront dispensés par des « enseignants volontaires » rémunérés en heures supplémentaires. Ils ne seront pas obligatoires, mais seront « conseillés » aux familles d’enfants en difficulté.

Des chorales et des « pratiques instrumentales » dans « toutes les écoles »

Outre son dispositif « devoirs faits », qui permettra, grâce à des « études dirigées », aux élèves (en particulier les collégiens) de faire leurs devoirs à l’école, Jean-Michel Blanquer propose de renforcer la place, « insuffisante en France », de l’éducation musicale, en secondaire mais aussi en primaire.

Le ministre voudrait ainsi introduire, « dans toutes les écoles et collèges », des chorales, et encourager « les pratiques instrumentales et les concerts ». Et de souhaiter « une prochaine rentrée en musique, dans un maximum d’endroits dès cette année, en mobilisant les élèves de l’année précédente ou des orchestres extérieurs ».

Dédoublement des classes de CP-CE1 : « il n’y aura pas de réduction de moyens »

Mesure emblématique du programme éducation d’Emmanuel Macron, le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+ devrait commencer dès la rentrée 2017. « Nous voulons concentrer nos efforts là où cela est nécessaire. L’objectif est clair : le dédoublement des classes de CP en REP+ dès la rentrée 2017 et de toutes les classes de CP et CE1 en REP et REP+, en 2018″, explique Jean-Michel Blanquer au Parisien.

Afin d’obtenir « 100% de réussite en CP », le ministre de l’Education prévoit, dès la rentrée 2017, d’appliquer « le format de 12 élèves par classe » dans 2300 classes de CP en REP+. Selon lui, « le taux d’encadrement des autres classes ne sera pas dégradé », et « il n’y aura pas de réduction de moyens, au contraire ».

Pour lui, pas question de « casser » le dispositif « plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) : se voulant « pragmatique », il assure « adapter pour la rentrée prochaine, ce qui est possible physiquement et humainement ». Ainsi, quand le dédoublement des classes de CP sera impossible en raison d’un « manque de » locaux » (notamment dans le Bas-Rhin et en Haute-Garonne), Jean-Michel Blanquer propose de « concentrer le PDMQDC sur le CP », afin de « rendre le CP plus efficace », mais aussi de « voir comment évoluent ces deux dispositifs ».

voir l’article: http://www.vousnousils.fr/2017/06/12/avant-la-rentree-jean-michel-blanquer-prepare-son-plan-de-lutte-contre-lechec-scolaire-604302

Publicités

Un commentaire sur “J-M. Blanquer prépare son plan de lutte contre l’échec scolaire « il n’y aura pas de réduction de moyens, au contraire » (via vni)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s