Une opération escargot à Toulouse pour demander des moyens pour accueillir les élèves handicapés

Dans le quartier Saint-Michel, à Toulouse, les parents d’élèves du groupe scolaire Calas-Dupont sont tout à fait d’accord pour accueillir des élèves handicapés dès la prochaine rentrée, mais à conditions que cela ne se fasse pas au détriment des autres élèves.
Ils l’ont fait savoir, mercredi matin en organisant entre 7 h 30 et 8 h 30 une opération escargot sur la Grande rue Saint-Michel. Dans cette école de douze classes maternelles et primaires réparties sur deux sites, l’arrivée programmée d’une classe ULIS (unité d’inclusion scolaire) risque selon eux de mettre en péril la gestion administrative de l’établissement et d’alourdir les effectifs par classe.
Car pour le moment une seule directrice est nommée pour les deux sites.

«L’intégration des douze élèves de la classe ULIS va se traduire par une trentaine de réunions supplémentaire par an auxquelles la directrice sera tenue d’assister, ce qui se fera nécessairement au détriment du reste de son travail qui devra être réparti sur l’équipe pédagogique», explique un parent d’élève. Pour échapper à cette situation, les parents ont demandé à deux reprises par mail et par courrier à l’inspection académique qu’une directrice soit nommée pour chacune des deux écoles. Mais pour le moment leur demande est restée sans réponse.

Ils dénoncent également la non prise en compte des douze élèves handicapés appelés à être intégré dans les classes au fil de l’année, dans les effectifs globaux de l’école.
C’est pourquoi, afin d’éviter que ne soit dépassé le seuil des 25 élèves par classe, ils demandent à l’inspection académique de revoir son organisation administrative en sortant le groupe scolaire du bassin d’école. Car pour le moment, les écoles Calas-Dupont accueillent le trop-plein d’élèves qui ne peuvent être scolarisés dans les autres établissements du secteur. Une disposition qui fonctionnait sans trop de difficultés jusqu’ici. Mais qui risque de peser lourdement sur les effectifs qui seront déjà gonflés par les élèves de la future classe ULIS.
Face au silence de l’administration qui n’a répondu ni à leurs courriers ni à l’appel au secours que constituait la manifestation de mercredi matin, ils menacent d’organiser d’autres actions et de revenir en septembre si rien n’est réglé d’ici là.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/16/2594838-les-parents-demandent-des-moyens-pour-accueillir-les-eleves-handicapes.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s