AESH en CDI : j’ai peur pour mon avenir

Je suis AESH en CDI depuis deux ans. J’occupe actuellement un poste au sein d’une ULIS école. Naïvement, je me sentais à l’abri de la précarité (j’ai un 80 % et un autre petit boulot à côté).

Mais depuis quelques semaines, je lis ici ou là, j’entends parler autour de moi  d’AESH en CDI qui ne sont pas renouvelés, de contrats que l’on arrête faute de budget ou à cause des fermetures d’ULIS.

Dois-je m’inquiéter ? Pour le moment non, j’ai eu la confirmation de la poursuite de mon contrat dans le même établissement, mais dans un an, deux ans ?

En cette fin d’année scolaire, tous les AESH en CDI ne savent pas encore où ils seront affectés, ni même si leur contrat sera encore d’actualité à la rentrée. On parle aussi rarement du nombre d’heures qui peut diminuer d’une année sur l’autre….

Je souhaite beaucoup de courage à mes collègues qui sont encore dans l’incertitude.

Il va falloir songer à une réelle mobilisation pour ouvrir les yeux du grand public sur la précarité de nos situations, sur le manque de formation, de reconnaissance, sur nos salaires qui nous obligent souvent à cumuler plusieurs emplois (même en CDI). Allez un peu de repos (si c’est possible) et on se remobilise à la rentrée.

 

Bérénice AESH

Publicités

4 commentaires sur “AESH en CDI : j’ai peur pour mon avenir

  1. Cruel dilemme. Etre ou ne pas être aux mains de l’éducation nationale. Quand j’arrêterai cette activité non lucrative, j’aurais une foule de remerciements à adresser. Le plus grand remerciement ira à l’éducation nationale et au corps enseignant. La raison : ils n’auront été strictement pour rien dans le bonheur que j’ai pu vivre.

    Aimé par 2 people

  2. Je suis AESH depuis maintenant cinq ans dans le même collège dans une section Ulis, mon chef d’établissement vient de recevoir le budget alloué pour la rentrée , ce budget correspond à un 70.001% alors que je suis actuellement en contrat pour 76.978%, remarquez la précision du taux du temps partiel. A un an de signer un CDI que j’attendais impatiemment à un taux de 76.978%, je me retrouve dors et déjà avec une baisse de salaire de près de dix pourcent et je me questionne vraiment sur mon avenir professionnel et financier. C’est une professionnalisation précarisante , je ne m’étais jamais résolue à abandonner les élèves que j’accompagne pour assister à des informations syndicales ou des manifestations, mais cette fois ma décision est prise, il faut absolument se faire entendre nationalement, ras le bol, je pense aussi à me syndiquer.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s