Emplois aidés : graves menaces pour la scolarisation des élèves handicapés (via Mediapart)

La secrétaire d’État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, l’affirmait au journal La Croix, le 26 juillet dernier : « le handicap sera bien l’une des priorités du quinquennat ». Et d’annoncer dans la même interview « qu’il y aura, en septembre, le nombre de contrats suffisants pour accompagner les enfants » en assurant que les emplois d’AVS seraient modernisés, professionnalisés et pérennisé.

L’annonce de la réduction massive des contrats aidés nous dit déjà que la politique du handicap de ce gouvernement reposera sur des discours apparemment ambitieux sans que les moyens nécessaires soient mis en œuvre.

La première conséquence de cette réduction des emplois aidés, à court terme, sera que, dans l’attente de la finalisation de cette décision, l’administration va suspendre la signature des nouveaux contrats et le renouvellement des anciens. Le gouvernement a annoncé que l’Éducation nationale serait épargnée. Mais rien de véritablement rassurant dans cette exception : les recommandations données aux préfets par la DGEFP leur demandent « de restreindre fermement ceux réservés à l’État » (Libé 17/08/2017) ; en Île de France, la recommandation de la DGEFP est plus générale : plus aucun contrat y compris pour les contrats du secteur non marchand (Le Monde 17/08/2017). De telles recommandations vont créer des conditions déplorables de rentrée pour les élèves handicapés.

Mais à terme, la réduction des financements, même si elle est moins forte pour l’Éducation nationale que pour d’autres secteurs, va contribuer à réduire des moyens déjà insuffisants pour permettre l’accompagnement nécessaire à la scolarisation des élèves handicapés. Cela entraînera des refus de scolarisation mais plus largement encore des conditions de scolarisation incapables de permettre les progrès d’apprentissage des élèves handicapés.

C’est l’ensemble de l’action éducative et sociale concernant les personnes handicapées qui va subir la mesure, par seulement la scolarisation mais aussi le secteur associatif qui faute de moyens suffisants recoure fréquemment à l’emploi aidé. C’est aussi l’emploi des personnes handicapées elles-mêmes qui en subira les conséquences.

Il faut le dire haut et fort : vouloir l’inclusion ne peut se suffire d’un discours aux accents généreux, cela demande d’en assumer les coûts nécessaires. Manifestement les conceptions libérales de ce gouvernement et tout particulièrement celles qui visent avec obsession la réduction des dépenses de l’État vont conduire à accentuer encore davantage l’écart entre l’idéalité des discours (« créer autant de postes d’AVS que nécessaire », affirmait le candidat Macron) et la réalité des politiques mises en œuvre.

https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/170817/emplois-aides-graves-menaces-pour-la-scolarisation-des-eleves-handicapes?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s