Appel aux députés à soutenir une mission flash autour de la création d’un statut pour les AVS/AESH

Le 12 avril 2018,
Madame la Députée,Monsieur le Député,
Les conditions de travail des 86 000 AVS-AESH se dégradent de plus en plus : la situation est devenue urgente !
Depuis la promulgation de la « Loi pour l’égalité des droits et des
chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005, l’école est tenue de permettre l’inclusion des élèves en situation de handicap : les AVS et les AESH en sont devenus les chevilles ouvrières.
Mais, fort de ces 13 années d’expérience, grévé par la suppression précipitée du dispositif des CUI-CAE (mais remplacés par un nouveau dispositif de précarisation le Parcours EmploiCompétences), le compte n’y est pas !
Le candidat Macron s’était pourtant engagé en février 2017 pendant la campagne présidentielle à « pérenniser nos emplois, les stabiliser », ce qui devait passer par « la mise au statut et la rémunération digne de ces professions ».
Rémunération indigne, temps de travail annualisé, baisse du nombre d’heures, formation inexistante, absence de reconnaissance, des contrats différents d’une académie à l’autre : la rentrée 2018-2019 est déjà demain et rien n’a encore été prévu de manière sereine et égalitaire sur le territoire.
Aussi, si le Ministre de l’Education reste sourd à nos revendications,
nous vous serions reconnaissants de concourir à la mise en place d’une
mission d’information parlementaire de la Commission Culture et Education le plus rapidement possible pour la création d’un vrai statut d’AESH au sein du Ministère de l’Education Nationale.
Nous demandons à être activement intégrés à la réflexion pour la création d’un statut AESH au sein de l’Education Nationale
– Qui permette aux enfants de trouver auprès d’eux, des professionnels bienveillants et formés
– Qui permette aux AESH d’exercer efficacement et dans la dignité une mission
indispensable au sein des établissements scolaires devenue essentielle
Pour le Collectif AEH-AVS en action !
Contact : collectif.aeshavs@gmail.com
Toutes nos revendications et nos témoignages sur :
https://www.facebook.com/Collectif-Aesh-Avs-en-action-919401661554687/

Sabine Rubin ( Députée FI) Je proposerai à la prochaine réunion du bureau de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, le mercredi 18 avril, la création d’une mission flash pour la création d’un véritable statut des AESH au sein de l’Education Nationale au nom du groupe La France insoumise.

Huit ans de période d’essai. Huit ans à endurer des contrats à temps partiel de 20h par semaine pour environ 600 euros net par mois. D’abord deux ans en contrat unique d’insertion maintenant en Parcours Emploi Compétences, puis des contrats de droit public à l’année renouvelables ou non six fois, avant d’obtenir enfin peut-être un CDI. Huit ans à subir une précarité institutionnalisée : la quasi impossibilité d’avoir un second emploi à temps partiel en raison des emplois du temps imposés par les établissements ; l’impossibilité d’anticiper l’avenir, de trouver un logement, ou de contracter un prêt car ils sont suspendus à la signature qui renouvellera ou non leur contrat et à la main du gouvernement qui supprimera ou non le régime précaire sous lequel ils ont été recrutés.

Voilà le sort réservé aux 86 000 Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap (AESH), une profession qui subit un turn-over plus qu’important. Pourtant, depuis la loi du 11 janvier 2005, ils sont la cheville ouvrière de l’inclusion des élèves en situation de handicap. En 10 ans, la scolarisation de ces élèves a augmenté de 80% tant et si bien qu’ils sont devenus un lien incontournable entre l’institution républicaine qu’est l’école et les élèves qui nécessitent d’être accompagnés par des professionnels pérennisés et mieux formés.

Un lien qu’ils sont d’ailleurs obligés de construire par eux-mêmes car ils ne bénéficient que d’une formation générale de 60h dispensée souvent un ou plusieurs mois après leur prise de poste. Ensuite, rien n’est prévu pour les aider à accompagner efficacement les enfants autistes ou souffrant de troubles DYS. De nombreux cas m’ont été rapportés, d’AESH sans autre choix que de se former en regardant des tutoriels vidéos en ligne ou se procurer des livres sur les handicaps à leurs propres frais.

La France a été condamnée 5 fois par le Conseil de l’Europe pour discrimination à l’égard des enfants autistes, pour un manque de scolarisation et de formation professionnelle. Le Plan Autisme annoncé par Sophie Cluzel ne comprend pas de volet sur le statut des AESH.

Le candidat Macron s’est pourtant engagé pendant la campagne présidentielle à « pérenniser ces emplois, les stabiliser », ce qui passe par « la mise au statut et la rémunération digne de ces professions ».

Rémunération indigne, temps de travail annualisé, baisse du nombre d’heures, formation inexistante, absence de reconnaissance, des contrats différents d’une académie à l’autre : la rentrée 2018-2019 est déjà demain et rien n’a encore été prévu de manière sereine et égalitaire sur le territoire.

C’est pourquoi je proposerai à la prochaine réunion du bureau de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, le mercredi 18 avril, la création d’une mission flash pour la création d’un véritable statut des AESH au sein de l’Education Nationale au nom du groupe La France insoumise.

https://www.sabinerubin.com/2018/04/je-propose-une-mission-flash-autour-de-la-creation-dun-statut-pour-les-avs-aesh/

Publicités

Un commentaire

  1. IL EST TEMPS… DEPUIS LONGTEMPS!

    Le statut des AVS comme celui des AESH est pire-que-tout. Aujourd’hui, l’absence de formation personnalisée et adaptée au handicap de l’enfant suivi fait qu’il nous est nécessaire pour remplir nos missions, de puiser dans nos capacités d’analyses personnelles fonction des valeurs d’équité que nous avons dans les tripes!

    …Et lorsque ces valeurs d’équité et tentatives d’adaptation des activités au handicap de l’enfant ne rentrent plus dans leur intérêt (ou que la relation AVS / enfant handicapé ne cohabite plus avec l’intérêt des personnels pédagogiques de l’école et/ou celui des parents et de l’écho qu’ils en ont), cela mène à des changements d’affectation à une cadence parfois dégénérée, très souvent sans le moindre « préavis » (expérience personnelle) et en décalage total AVEC NOTRE MISSION qui relève de L’INTERET GENERAL ET PUBLIC, émanant ni plus ni moins de la validation par le Gouvernement en place à l’époque, de la Loi Handicap du 11 février 2005.

    Il est plus que temps que l’Etat AGISSE pour renforcer notre aptitude à remplir ces missions d’accompagnement; et pour cela, que le Gouvernement cesse de proposer à notre corps professionnel cette offre de formation GLOBALISANTE autour du handicap qui nous est proposée « depuis l’origine » et jusqu’à ce jour.

    Oui, il est temps de PERSONNALISER L’OFFRE DE FORMATION en faisant intervenir des professionnels du handicap dans nos plans de formation, afin que plus aucune forme de handicap ne soit écartée du plan de formation des AVS-AESH!

    Oui! Il est temps de responsabiliser EGALEMENT les Equipes Educatives – MDPH en faisant passer certains de leurs membres d’un simple rôle de DECIDEURS à un rôle D’OBSERVATEURS DE TERRAIN…

    Parce-que les AVS-AESH trinquent, invitons également les Décideurs de scolarisation à notre dégustation collective!!

    MERCI à vous! Merci à tous ceux qui me lisent depuis mon adhésion à ce super-blog « WordPress » !

    Audrey C.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s