Communiqué de presse: Suite au rapport du député LREM, Adrien Taquet, le Collectif AESH/AVS en action ! réplique

Communiqué de Presse
Suite au rapport du député LREM, Adrien Taquet
et Jean-François Serres du CESE

Le Collectif AESH/AVS en action ! réplique :

– « Plus simple la vie » dit Monsieur Taquet
– « Vis ma vie et on reparlera ! », lui répondent les Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap

Le 28 mai 2018 Adrien Taquet et Jean-François Serres, conseiller au Conseil Economique Social et Environnemental ont remis leur rapport « Plus simple la vie – 113 propositions pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap ».

Dans la synthèse du rapport, il est préconisé de «Partir du réel et mettre la personne au centre». Nous, membres du Collectif AESH/AVS en action ! doutons que vous ayez réellement consulté les personnels accompagnants en poste auprès des élèves en situation de handicap.

Car la réalité du terrain est toute autre et vos préconisations concernant l’évolution de notre métier en totale incohérence avec votre volonté d’éviter les ruptures d’accompagnement des élèves en situation de handicap.

En effet, vous vous félicitez de la transformation de contrats aidés d’auxiliaire de vie scolaire en CDD AESH de droit public pour obtenir «un contingent d’AESH stable et suffisant» et de la possibilité du passage à neuf mois du contrat aidé de droit privé au contrat de droit public « afin de faciliter la pérennisation des emplois existants ».

Est-ce un réel progrès de passer à nouveau par des contrats de droit privé, si ce n’est une économie substantielle pour le ministère sur le dos de son futur personnel précaire ?
Est-ce encore une carabistouille du Ministère de l’Education Nationale pour ne pas gréver un peu plus son budget et rester dans l’étau des comptes publics ?
Ces contrats CUI-PEC sont déjà inadaptés aux réalités du territoire, les services de Pole Emploi sont incapables de les mettre en place, les critères de politique de la ville sont inappropriés et, même, la ministre Pénicaud, qui était déjà en total désaccord avec leur mise en place à l’époque, aujourd’hui préconise la fin des contrats aidés. Cohérence où es-tu ?
Enfin, par leur limitation à 9 mois, est-ce un réel progrès ou un moyen d’éviter de rémunérer les personnels durant les congés ?

Les contrats « PEC-citron » portent déjà en eux-même leur objectif : un concentré toxique, une première marche vers la précarité que connaîtront éventuellement les futurs AESH à l’issue de ces contrats.

« Stabiliser l’accompagnement des élèves » est incompatible avec la précarité actuelle des contrats d’AESH de droit public, que le gouvernement qualifie à tort de « plus robustes ».

Des contrats à temps partiels imposés, des salaires de misère (600 euros/mois) et aucune formation adaptée à l’accompagnement d’élèves en situation de handicap. Voilà la réalité.

Est-ce avec ce type de contrat que le gouvernement peut espérer favoriser les accompagnements continus des élèves? Il doit cesser de promouvoir les CDD AESH de droit public qui, au contraire, pérennisent la précarité des AESH.
Le récent rapport de la Cour des Comptes sur les contrats précaires du MEN vous contredit totalement sur ce point et, lui, préconise que ce-dernier ait enfin une vision pluriannuelle de la gestion des AESH.
6 ans de CDD, renouvelés tous les ans : est-ce un moyen de stabiliser les personnels et les inclure dans une démarche de qualité de service ?

Nous avons relevé que le rapport pointe la fâcheuse précarité des AESH (mais pas le scandale de leur salaire, un oubli peut-être ?), pourtant nous ne voyons là nulle trace d’une proposition honorant les promesses de campagne du candidat Macron : « un emploi stable et un salaire décent » et une « mise au statut ».
Aucune des pistes du rapport n’intègre la création d’un vrai statut et d’une revalorisation salariale décente.

« Plus simple la vie » : un vrai MÉTIER où la dignité des personnels est enfin respectée et par « ruissellement » celle des enfants en situation de handicap !

Nous avons enfin relevé votre proposition d’affilier les AESH aux établissements et nous partageons cette proposition. Mais, nous ne sommes pas dupes et serons vigilants sur le fait que le recrutement ne soit pas du seul fait du prince du chef d’établissement, ni le moyen pour celui-ci de disposer de personnel pour des tâches qui ne rentrent pas dans l’exercice de ses fonctions, comme celles administratives ou périscolaires.
Car, ce « périscolaire » que le MEN nous agite comme un progrès pour sortir de nos temps partiels, nous le refusons. Nous ne sommes pas pour l’augmentation du temps de travail, une nouvelle fois, subis, mais pour une répartition ! Les tâches du périscolaire ne sont pas de nos compétences si nous devons nous professionnaliser au sein d’une équipe éducative. Sinon pourquoi le MEN ne propose-t’il pas aussi à ses enseignants d’accomplir ces taches…?

Alors nous, membres du Collectif AESH/AVS en action! demandons que Monsieur Macron, Monsieur Philippe, Monsieur Blanquer et Mme Cluzel aient l’obligeance de cesser de mépriser les enfants et leurs accompagnants (AESH) en leur donnant les moyens d’une ambition que nous partageons.
Ne nous faites plus passer les vessies du contrat de droit public AESH en CDD pour les lanternes de la fin de la précarité !

Nous ne voulons pas des préconisations, nous voulons enfin des mesures concrètes de déprécarisation comme le souhaite soit disant le MEN.
Nous ne voulons plus des carabistouilles de décrets ou de mesures prises de manière autoritaire et discrétionnaire par un recteur d’académie, seul dans son coin.
Le MEN doit reprendre la main et cesser la déconcentration pour la gestion de notre métier !

Nous réclamons que le ministère revoit sa copie de fond en comble à travers une nouvelle loi !
Pour un statut clair et unique d’AESH dans la fonction publique, auprès du MEN
Pour des moyens vraiment efficients et efficaces pour remplir notre mission de service public
Pour une reconnaissance de notre métier
Pour le progrès des enfants en situation de handicap

Plus simples les économies » mais « moins belle la vie des AESH », voués à être précaires à perpétuité de l’Education Nationale avec les propositions du rapport Taquet.

Enfin, le titre choisi du rapport Taquet démontre à nouveau quelle estime un député, seul, d’une république, soit disant, en marche a de l’intérêt général et du sens du service public.
Non, Monsieur Taquet, nous ne jouerons pas dans votre série à l’eau de rose au pays des bisounours.

Cette série sur la précarité, qui ne dit pas son nom, a bien trop duré ! Nous n’avons pas besoin d’une saison supplémentaire.

Alors, « Vis ma vie d’AESH » et on en reparlera !

Pour lire le rapport Taquet: https://www.gouvernement.fr/partage/10237-rapport-plus-simple-la-vie-113-propositions-pour-ameliorer-le-quotidien-des-personnes-en-situation

Publicités

Un commentaire

  1. Bonjour a toutes et tous

    Très bonne réplique super chapeau…merci pour nous…non seulement précaires mais en plus exclus pour du personnel qui travaille contre l exclusion… nous sommes dans certains établissements scolaires
    Pas tous mais beaucoup …nous sommes invisibles totalement…exclus… Magnifique On ne mélange pas les torchons avec les serviettes après il faut savoir qui est le torchon…ou la serviette ce n est pas toujours celui qui en a l air… C est désagréable ce comportement au sein de l Éducation Nationale… C est bien de la maltraitance … bref …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s